Cérémonie de commémoration du 11 novembre 1918 à Prunelli village

Extrait du discours de Pierre Simeon de Buochberg, Maire de Prunelli di Fium’Orbu :

“Quand on commémore le Centenaire de la Première Guerre mondiale, il est primordial de rendre hommage et honorer la mémoire de ces combattants, ces « Poilus ». Quand on parle de la première guerre mondiale, on pense souvent, en premier lieu aux soldats, aux batailles, aux armes, aux tranchées……. mais bien moins aux femmes restées en arrière. Alors que, derrière chaque soldat, se cache une femme désormais seule, qui doit faire face à l’absence et aux responsabilités supplémentaires
Rendons hommage à ces femmes françaises. Plus de trois millions d’ouvrières agricoles et d’épouses d’exploitants, celles vivant à la campagne qui ont dû assumer les travaux des champs, celles des villes qui ont fait tourner les usines. Toutes ces femmes, aidées des jeunes enfants et des personnes âgées, mères et filles qui ont subvenu, aux besoins de la nation pendant 4 ans, malgré les rationnements et les pénuries. La guerre de 14-18 fut le point de départ de la puissance américaine dans le monde et le début de l’émancipation des femmes et du changement de leur statut dans de nombreux pays européens.
La guerre de 14-18 fut en Corse, sur le plan humain, une immense catastrophe. Un bilan très lourd, avec 50.000 mobilisés, 10.000 à 12.000 morts, 20.000 à 25.000 blessés. Au lendemain de la guerre, le nombre d’orphelins, de veuves, d’invalides donne la mesure de la tragédie qui touche un très grand nombre de familles. Au-delà du facteur humain et affectif, la Grande Guerre eut pour la Corse des effets économiques profonds et durables. En décimant une génération d’hommes jeunes, elle la priva des forces dynamiques indispensables au ressaisissement de son économie et accéléra le processus de déclin dans lequel la Corse était engagée.
L’Histoire d’un pays, c’est le ciment de son unité ! …”

Catégories : A la Une

Les commentaires ne sont plus acceptés.